Home » Acquisition de terrains de golf | Le Grand Montréal réclame 100 millions à Québec
Canada

Acquisition de terrains de golf | Le Grand Montréal réclame 100 millions à Québec

Deux jours après l’élection du deuxième gouvernement majoritaire de Legault, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) demande à la Ville de Québec 100 millions de dollars sur cinq ans pour aider les municipalités à acquérir neuf terrains de golf récemment protégés du développement.

Publié à 11h32

Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Les études récentes et la multiplication des événements climatiques extrêmes, comme l’épisode des pluies torrentielles du 13 septembre, montrent à quel point il faut agir rapidement et augmenter la surface du milieu naturel et des espaces verts. Plusieurs municipalités veulent agir dans ce sens, mais ils font face à de gros obstacles et manquent de ressources », a déploré mercredi la mairesse Valérie Plante, qui est aussi présidente de la CMM.

Il plaide que le nouveau gouvernement Legault, qui ne compte toujours que deux élus sur l’île de Montréal, “doit rapidement mettre en place diverses mesures pour les soutenir et encourager les projets de conservation et d’amélioration” pour “augmenter l’officialité”. la résilience de toute la région.

À la mi-juin, Québec a formellement approuvé l’adoption du Règlement de contrôle intérimaire (RIC) de la CMM et a du même coup restreint le développement immobilier sur près de 12 400 hectares de milieux naturels, dont six terrains de golf. “Nécessite une attention prioritaire”. . Fin septembre, trois autres tribunaux ont été ajoutés à ce résumé, pour un total de neuf.

Les clubs de golf de Beloeil, Candiac, Chambly, Mascouche, Rosemère et Terrebonne sont protégés par l’ordonnance de contrôle, tout comme les clubs de golf de Boucherville, Golf Dorval et Golf Sainte-Rose Laval.

Vers le Parc-nature Candiac?

Le maire Normand Dyotte a fait valoir mercredi à Candiac que les municipalités doivent « respecter la capacité de payer des contribuables », c’est-à-dire qu’il ne peut augmenter les impôts pour financer les acquisitions foncières. «C’est pourquoi nous avons besoin de l’aide du gouvernement du Québec», raisonne-t-il, disant vouloir «réaliser des projets prometteurs».

Entre autres, son administration travaille sur un projet de parc naturel sur le territoire de l’ancien golf. La ville n’a d’ailleurs pas caché son intention d’acquérir le golf, mais seulement lorsque “toutes les conditions favorables seront réunies” pour le transformer en parc naturel. Le projet comprendrait une forêt urbaine, des prairies, des étangs et un sentier de plusieurs kilomètres.

La CMM demande également une nouvelle enveloppe de 100 millions pour créer un “réseau de parcs métropolitains” et l’intégrer à ses réseaux verts et bleus. Ce deuxième montant servira à financer la poursuite des travaux du Parc du Domaine-Seigneurial-de-Mascouche et l’aménagement de la Promenade fluviale du Grand Montréal à Saint-Laurent. Barrage de la voie maritime du Saint-Laurent.

Sans surprise, l’organisme demande également au Québec d’aller de l’avant avec la réforme de la Loi sur l’expropriation afin que l’indemnisation pour l’expropriation du milieu naturel soit calculée selon la juste valeur marchande.

En mai, François Legault s’était engagé à réformer cette loi et à donner aux municipalités le droit de préemption, mais il refusait de taxer les villes qui voulaient sortir du piège de la taxe foncière. «Au prochain mandat, nous adopterons également une loi sur l’expropriation», a-t-il déclaré lors d’une visite à l’Assise de l’Union des municipalités du Québec.