Home » “Cela ressemblerait à une VRAIE deuxième rangée”
Canada

“Cela ressemblerait à une VRAIE deuxième rangée”

Jean-Charles Lajoie aimerait que Martin St-Louis déploie Juraj Slafkovski dans un rôle différent de celui qu’il a joué lors du match de mercredi contre les Blue Jackets à Columbus.

Le jeune Slovaque, qui a été sélectionné premier au total par les Canadiens de Montréal lors du dernier repêchage, a ensuite chuté dans la quatrième unité avec Jake Evans et Michael Pezzetta.

« Pourquoi avons-nous mis (Joel) Armia à gauche de (Josh) Anderson et (Sean) Monahan ? Moi, Slafkovski, ainsi que Monahan et Anderson, aimerions le voir. Je pense que ça ressemblerait à un vrai deuxième trio, qui a l’air bien », a-t-il suggéré à Maxim Lapierre et Guillaume Latendresse au JiC jeudi.

« Suis-je sur le terrain, moi ?

En revanche, Lapierre n’enlève rien à Armia, même s’il préfère le positionnement du Finlandais à celui de l’attaquant de puissance, avec qui le trio de Monahan était complété.

“Je pense que ce serait plus logique de mettre Armia avec Monahan et Slafkovski. Anderson, pour moi, il court juste partout et c’est déroutant de jouer avec lui, estime l’ancien agitateur.

“Un gars comme Armia, même s’il ne fait pas toujours de bonnes performances, est bien placé et il apporte quelque chose.”

Crédit photo : Joël Lemay / Agence QMI

“On va dans l’autre sens avec lui”

Guillaume Latendresse est d’accord.

“Nous avons parlé de sa volatilité depuis qu’il est à Montréal et nous l’avons acquis d’une drôle de façon – il y a une raison à cela – mais il n’en reste pas moins qu’Armia a du talent offensif pour moi. S’il est confiant et que vous lui donnez une tape dans le dos, c’est un gars qui a eu de très bons matchs et de bonnes séquences.

Latendresse reproche également à Armia son jeu souvent intuitif.

“(Mercredi) J’ai regardé Josh Anderson. Chaque fois qu’il touchait la rondelle, il la lançait derrière et essayait de courir après. Il n’a jamais joué. Quand vous êtes sur la glace avec Josh Anderson, vous ne tenez pas le palet.

« Dans le style de Martin St-Louis, on veut la possession de la rondelle. Avec lui, c’est le contraire.

Retrouvez l’émission La Poche bleue au salon JiC en haut de l’article.