Home » Facture énergétique de 9.000 euros par mois pour ce gérant d’une friterie à Tournais : “Ce n’est pas possible de payer une telle somme”
Belgium

Facture énergétique de 9.000 euros par mois pour ce gérant d’une friterie à Tournais : “Ce n’est pas possible de payer une telle somme”

Ces dernières semaines, les appels à l’aide des indépendants et même des familles se sont multipliés sur les réseaux sociaux. Ce week-end, Grégory Dinoir, gérant d’une friterie au cœur de la Cité des Cinq Clochers, a fait part de son désarroi.

“Jusqu’ici, j’ai plutôt bien fait. Il faut avouer que passer de 1 200 à 1 750 euros par mois n’est pas une mauvaise augmentation.”explique Grégory.

Mais lorsqu’il a exécuté la simulation, une douche froide est tombée. Nous commençons à 9 000 euros par mois. Au total, cela rapporte près de 80 000 euros par an pour le gaz et l’électricité. Il est tout simplement impossible de payer une telle somme et de la répercuter sur les clients. Nous ne pouvons toujours pas leur facturer six euros pour la fricadelle.

Ce commerçant a le sentiment que le gouvernement ne l’aide en aucune façon. “Pendant la période Covid, nous étions encore relativement soutenus. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas”il croit. « Nos représentants devraient venir payer nos factures à notre place. C’est tout simplement inacceptable pour qui que ce soit. Il faut absolument que le gouvernement bouge et propose des solutions concrètes.

Dans sa friterie tournaisienne, Grégory a du mal à faire des économies aujourd’hui. “Utiliser moins de réfrigérateur n’est tout simplement pas possible. Nous avons mis des LED partout et nous désactivons les étiquettes. Malheureusement, cela ne fait pas beaucoup de différence sur la facture.”

Heureusement, ce commerçant s’estime chanceux de ne pas avoir encore allumé le chauffage dans son établissement. “Il faut dire qu’il fait encore beau. Mais avec un gros hiver qui s’annonce, nous n’avons pas le choix.”

“Rappelons que la plupart des biens ont augmenté de 61 %. Désormais, nous ne donnons des sacs plastiques que lorsque nous pensons que c’est nécessaire. Nous donnons également moins de serviettes. J’ai envie de jouer dans le film Radin avec Dany Boon”.

Quelle que soit la situation, il est hors de question de réduire le personnel de la friteuse. “Nous en avons besoin”il continue. “Ce n’est pas non plus juste de pénaliser les employés pour avoir payé nos factures.”

Comme Grégory et bien d’autres, garder le moral en ces temps sombres semble insurmontable… “Pendant la crise sanitaire, nous nous sommes soutenus, mais aujourd’hui nous ne pouvons rien faire. Tous les commerçants ferment les uns après les autres ou modifient leurs horaires de travail, leurs modalités de travail. Au niveau de la clientèle, ils sont de plus en plus frugaux, et nous les comprendre. Ils boivent de moins en moins et sautent les desserts. Nous soulignons que cela touche tous les milieux sociaux. conclut-il.