Home » L’actionnaire porte plainte en diffamation auprès de l’avocat CGT
France

L’actionnaire porte plainte en diffamation auprès de l’avocat CGT

Ce mercredi, l’actionnaire de Camaïeu a porté plainte en diffamation contre l’avocat CGT, l’accusant de propos “complètement faux” ayant provoqué une possible sortie de fonds aux dépens de l’entreprise en liquidation.

La plainte, assortie d’une action civile en diffamation envers un individu, a été déposée devant un tribunal de Paris. Elle vise le capitaine Fiodor Rilov pour des propos tenus mardi en réunion CGT au siège de Camaïeu à Roubaix, cités par divers médias, et précisés pour le maître actionnaire Baptiste de Fresse de Monval.

Des propos “infondés”

Ces “commentaires portent atteinte à l’honneur et au respect du groupe HPB”, a déclaré l’avocate Hermione People and Brands, filiale de la Financière immobilière bordelaise (FIB), qui a repris Camaïeu en 2020. “Totalement infondés et faux tombent sous le coup de la loi sur la diffamation”, a-t-il ajouté.

Maître Rilov a proposé aux salariés d’engager des poursuites contre HPB, notamment pour retrouver les traces de “toutes les opérations de transfert d’argent entre Camaïeu et les autres sociétés du groupe”.

HPB incrimine deux phrases qui auraient été prononcées par Me Rilov. Selon l’actionnaire, il aurait confirmé qu'”il n’est pas exclu que de l’argent ait été pris qui n’était plus dans l’entreprise”. Il aurait également indiqué que le but de la procédure qu’il souhaite engager est de “connaître les opérations qui ont drainé la trésorerie”.

“Une tentative de distraction”

“Aucune société du groupe ou actionnaire n’a bénéficié de l’argent de Camaïeu”, a déclaré mercredi le président de HPB, Wilhelm Hubner. La plainte est une “tentative de détournement d’attention”, a réagi M. Rilov, qui a dit avoir décidé d'”engager rapidement” des poursuites judiciaires contre les travailleurs. Affirmant ne pas avoir été immédiatement avisé de la plainte, il a indiqué qu’il n’hésiterait pas à porter plainte pour « dénonciation diffamatoire ».

En substance : « Je constate que le personnel est convaincu qu’un certain nombre d’actions inhabituelles ont eu lieu, il faut chercher […] lorsque des opérations financières inhabituelles ont été organisées et qu’elles ont contribué à l’effondrement de Camaïeu », a-t-il ajouté.