Home » Les entreprises zéro déchet traversent une période difficile
Canada

Les entreprises zéro déchet traversent une période difficile

Les grossistes en alimentation peinent à se remettre de la crise sanitaire, la tendance zéro déchet du Québec est donc désormais en péril.

• Lire aussi : Lignes directrices pour simplifier le zéro déchet

«Les deux derniers mois ont été les pires de notre existence. Les gens n’ont plus assez d’argent pour soutenir les commerces locaux», a déploré Eline Bonnin, l’une des trois propriétaires de l’épicerie montréalaise Muscade.

Pour assurer la rentabilité, l’entreprise se concentrera sur le café et les produits de boulangerie végétaliens, et l’espace en vrac sera réduit de 90 %.

Depuis décembre 2019, l’épicerie de la rue Mont-Royal est touchée par une pandémie.

Un constat similaire a été fait par l’épicerie LOCO, qui a dû fermer son magasin d’Ahuntsic et déménager dans des locaux trois fois plus petits afin de demeurer rentable.

Photo de Marianne Langlois

Eline Bonnin, propriétaire de l’épicerie Muscade.

“Le marché a changé, on parle de nos 30% de chiffre d’affaires. Je n’avais plus le personnel nécessaire pour l’espace de 3 000 pieds carrés », a déclaré Andréanne Laurin, fondatrice de la boutique.

À propos de l’image

Au cours de la dernière année, près d’une douzaine d’entreprises écologiquement sensibles à travers la province ont été contraintes de fermer leurs portes.

L’association québécoise Zéro Déchet elle-même est en grave déficit. Une décision doit être prise prochainement pour déterminer si l’association cessera définitivement ses activités au bout de cinq ans.

Photo de Marianne Langlois

Andréanne Laurin, fondatrice des épiceries LOCO de Montréal, est dans son nouvel emplacement sur la rue Castelneau. Le magasin est trois fois plus petit que l’ancien pour réduire les coûts de son activité.

“Le portrait de la situation actuelle au Québec est très alarmant. Nous manquons de ressources”, a déclaré la porte-parole Nathalie Ainsley.

Malgré la situation actuelle, la lutte contre le changement climatique reste une préoccupation pour de nombreux consommateurs.

« Les gens reprennent doucement leurs bonnes habitudes. Pour certains, c’est la première fois qu’on les revoit depuis deux ans », note Dominique Charbonneau, cofondatrice de La Réserve naturelle, une entreprise zéro déchet du quartier Rosemont. .

Tout pour survivre

Dominique Charbonneau et sa soeur Valérie mettent maintenant tout en place pour rester en affaires malgré les embûches.

Ils souhaitent offrir ce service de proximité aux habitants du quartier pour longtemps, car l’environnement reste une priorité.

Avez-vous des informations sur cette histoire à partager avec nous?

Vous avez une annonce qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous à ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.